En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. Fermer

Test de l'automatique Raffaello de Benelli

Auteur : Francis Grange
Publié le 24/05/2016
Avis de l'expert  

En vente sur NaturaBuy :

Voir plus

Le verdict de NaturaBuy

Valeur mécanique

(Bascule, verrouillage, détente, canonnerie)

Valeur d'usage

(Poids, équilibre, sûreté, percussion, gerbes)

Valeur esthétique

(Bois, finition, gravures)

Rapport qualité/prix

Le modèle vedette de Benelli accède à sa « quatrième génération » avec cette évolution au caractère aiguisé et à l'efficience optimisée.

Le fusil semi automatique Raffaello est le fusil le plus vendu depuis la fondation de Benelli. Il descend en ligne directe du 121, le premier « automatique » doté du mécanisme à inertie créé par la firme en 1967... et le premier fusil de ce type de l'histoire de l'armurerie qui fonctionne vraiment ! Né avec les années 1980, le Raffaello connaît une évolution limitée au début de la décennie 1990, destinée à corriger ses menues lacunes de jeunesse. Il bénéficie d'une refonte profonde en 2003. Avant d'aborder en 2013 la quatrième phase de son existence, marquée par une double mutation, esthétique et technique. Jusqu'alors peu inspiré dans ses lignes, le Raffaello manifeste enfin une certaine audace avec un boîtier de culasse et un devant dotés d'un réel dynamisme visuel.
Système amortisseur de recul « adaptatif »
L'élément technique dominant de ce nouveau Raffaello est le système amortisseur de recul « adaptatif » intégré au sabot, en matériau souple noir de sa crosse. Celui-ci ajuste son intervention à la charge de la cartouche tirée, rendant la perception du recul presque invariante quelle que soit la munition employée. Pour faciliter le maniement du mécanisme de rechargement, l'ouverture inférieure et la fenêtre latérale de son boîtier ont été élargies, et l'ergonomie du levier de culasse revisitée. Enfin, le bouchon du magasin a été revu pour en améliorer l'« accroche » entre les doigts.
Le Raffaello « 2013 » est disponible uniquement en calibre 12/76, avec canon de 61, 66, 71 ou 76 cm. Nous l'avons testé avec celui de 71 cm. Il pèse alors 2,980 kg et son prix est d'environ 2 290 . D'entrée, il attire et il séduit. Le travail esthétique réalisé plaît aux amateurs de lignes novatrices, sans pour autant déstabiliser les tenants du classicisme.
Le système amortisseur de recul « intelligent » génère une sensation vraiment étonnante...
La détente offre les meilleures perceptions jamais éprouvées avec un "automatique" Benelli
Sur le terrain
Le passage en situation confirme immédiatement ce sentiment favorable. La prise en main excelle sur le long devant anatomique comme sur la poignée pistolet de la crosse à l'ergonomie idéale.
La concentration des masses et le point d'équilibre reculé, induits par le mécanisme à inertie, alliés à un poids parfait pour un fusil calibre 12, génèrent une vivacité enthousiasmante. La visée est magnifiquement conduite par la bande ventilée striée transversalement, large de 8 mm, terminée par un fin guidon à section circulaire rouge luminescent ; prolongée vers l'arrière par un rail-guide creusé au sommet de la boîte de culasse. La détente argentée offre une franchise et une netteté inconnues jusqu'alors sur un « automatique » Benelli, même si elles demeurent loin de celles générées par un bon juxtaposé ou superposé. Mais aucun fusil à rechargement automatique ne rivalise sur ce point avec ces rivaux à deux canons...
De superbes chokes !
Les gerbes produites par les chokes amovibles (y compris les plus « serrés ») affichent une régularité exemplaire, avec une mention particulière pour les cartouches à bourre grasse. Le recul « perçu » surprend par son caractère tout à fait inhabituel. Le système « intelligent » qui équipe la crosse le rend quasi indépendant du chargement de la cartouche (sauf avec les magnum acier pour lesquelles le mécanisme avoue ses limites)... Du « jamais vu », ou plutôt du « jamais ressenti ». Qui uniformise également le comportement du fusil quelle que soit la munition employée et favorise donc l'automatisation du tir.
Le sentiment de douceur est encore renforcé par l'insert caoutchouté encastré dans le busc de la crosse, à la technologie assez magique. Cette crosse est proposée en trois longueurs, 350, 365 et 380 mm, conformant le Raffaello à toutes les morphologies courantes. Le fonctionnement du mécanisme de rechargement se révèle irréprochable ; la fiabilité et l'endurance de cette mécanique sont démontrées depuis de nombreuses années...
Quant à la sûreté, confiée à un poussoir transversal à l'arrière du pontet, elle s'acquitte bien de sa mission. Les seules réserves ­ limitées ­ que suscite cette arme portent sur sa finition. Elle apparaît correcte au niveau du bronzage du canon et du traitement de la boîte de culasse (en alliage léger) mêlant surface bronzées et à-plats noirs mats. Mais elle déçoit sur le bois, un noyer très ordinaire au fade ponçage à l'huile semi-brillant ; comme sur certaines découpes inutilement compliquées des parties métalliques...
Boîte de culasse de profil (côté fenêtre d'éjection). Les 45 années d'expérience de la marque dans le mécanisme inertiel parlent !
Le choke amovible long de 70 mm engendre des gerbes à la régularité impressionnante.
Le meilleur de sa lignée
Globalement, le Raffaello « crû 2013 » s'impose comme le meilleur et le plus efficace des fusils de cette lignée. Ses quatre longueurs de canon, son épreuve « billes d'acier » et son mécanisme acceptant toutes les charges de 24 à 56 g de plombs et de 24 à 36 g de billes d'acier lui confèrent une polyvalence totale. Il se révèle idéal pour le grand gibier ou la bécasse avec le tube de 61 cm. Fantastique pour la chasse à la billebaude ou au chien d'arrêt avec le canon de 66 cm. Convenable pour toutes les pratiques avec le tube de 71 cm. Enthousiasmant pour le tir des oiseaux migrateurs avec le canon de 76 cm. Même si le tarif pratiqué par la firme italienne n'est plus aussi doux qu'autrefois, il s'agit vraiment d'un superbe achat !·
Points Forts

+ Talent de conception

+ Qualité de fabrication

+ Fiabilité/longévité

+ Prise en main

+ Vivacité

+ Visée

+ Régularité des gerbes

+ Confort de tir

Points Faibles

­ Quelques détails de lignes ­

­ Choix et traitement du bois ­

­ Prix en hausse

Fiche Technique

Origine : Italie

Calibre : 12/76

Canon : 61, 66 ou 76 cm

Poids : 2,980 kg

Destination : toutes chasses du petit gibier

Importateur

Humbert

45 avenue Paccard

42340 Veauche

Tél. : 04 77 52 77 52

www.humbert.com

Découvrez sur NaturaBuy :