En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. Fermer

Test de la carabine C02 Ruger 10/22 d’Umarex

Auteur : Lyonel Chocat
Publié le 17/12/2020
Avis de l'expert  
En bref

Note:

Au top en semi-auto!

C’est surement la carabine 22 long rifle la plus vendue aux Etats-Unis! La Ruger 10/22 est une icône, une carabine semi-automatique fiable et précise. Il est donc tout à fait logique qu’Umarex ait fabriqué une réplique de ce mythe qui fonctionne également en semi-automatique mais avec deux cartouches de CO2! De quoi s’amuser en tir sur cible carton et cannettes de soda!

La carabine Ruger 10/22 a été lancée sur le marché en 1964. Le succès fut assez rapide. Il faut dire que l’arme est fiable, peu couteuse et surtout chambrée dans l’économique calibre 22 Long Rifle, plébiscité en tir de loisir et destruction des petits nuisibles aux Etats-Unis. Les volumes de vente s’envolent, plus de 7 millions de carabine 10/22 Ruger s’étaient vendus en 2015 et Ruger propose pas moins de 19 modèles différents sur son site à ce jour! Le succès ne baisse pas. Umarex a donc eu raison de reproduire presque à l’identique cette carabine renommée Outre Atlantique pour le bonheur des petits et des grands. L’intelligence a surtout été de conserver le mode de fonctionnement semi-automatique grâce à deux sparklettes de CO2 et un chargeur rotatif!

La crosse et le devant

Elle est confectionnée dans un polymère noir résistant et bien lisse. La crosse est ambidextre car il n’y a pas de renflement sur la poignée ou de joue qui soit gênant pour un gaucher. La poignée est plutôt ouverte et pas trop épaisse ce qui permet à un adolescent ou un enfant de pouvoir l’utiliser sous contrôle parental bien sûr.
Le moulage est très bien réalisé avec peu de traces de jointure. Un fin sabot amortisseur équipe l’arrière de la crosse. Il est strié et agrippe bien le tissu lorsque l’on épaule. Ce sabot est amovible sur simple pression sur un bouton poussoir central et permet d’accéder au logement des cartouches de gaz.
Il n’y a pas de busc réglable en hauteur mais la pommette du tireur prend correctement appui sur le dos de la crosse.
Le pontet est moulé avec la crosse. Il est en polymère lui aussi. L’arrêtoir de sureté est positionné devant ce pontet, c’est un modèle traversant et il est bien accessible avec l’index pour chasser la sureté avant le tir.


Le canon

Il est confectionné en acier et mesure environ 47 cm. Il est rayé pour obtenir de bonnes performances avec les diabolos à jupe de calibre 4,5 mm.

Le boitier de culasse

Confectionné en alliage d’aluminium il possède cette forme si caractéristique de la 10/22 avec un dessus assez massif et peu bombé. Il est percé de quatre trous comportant un filetage et qui vous permettront de positionner un montage optique pour installer une lunette de tir. La culasse mobile est traitée noire et le levier d’armement de la culasse est noir, en alliage et permet d’armer le mécanisme.

Les organes de visée

«Allons jusqu’au bout de la réplique» semble être le slogan d’Umarex! La hausse à cran de mire arrondi est rabattable comme sur le modèle d’origine. Cela permet une prise de visée rapide en abaissant cette hausse mais beaucoup plus précise et fine en la remontant à la verticale! Un fin losange blanc est peint au centre de la hausse qui se relève. Cela permet d’aligner au plus précis le guidon circulaire très fin.

Le chargeur rotatif

Le chargeur rotatif est très bien construit. Il est inséré dans un puit large et bien étudié. Une sureté bloque ce chargeur. Il faut appuyer sur l’arrêtoir de chargeur placé à l’arrière de ce dernier et le saisir par le renfoncement à l’avant pour le sortir de son logement. Le chargeur rotatif est muni d’une crémaillère qui interdit le retour en arrière en entraine au contraire le chargeur à chaque tir vers l’avant. Il contient 10 orifices dans lesquels on peut positionner les diabolos à jupe. L’alimentation est plus simple. Il est toutefois plus rapide de vider le chargeur avec la carabine que de le remplir!

Les départs

La queue de détente est fine. La course est assez longue et le poids des départs est lourd… plus de 3,2 kg! Ce mécanisme de détente est à simple et double action. En simple action, si on tire le levier de culasse à chaque fois, le poids est moindre mais on perd l’intérêt du mode semi-automatique. Le mécanisme décroche de façon assez nette et précise ensuite.

La propulsion

Les deux sparklettes de CO2 de 12 g sont contenues dos à dos dans la crosse. Il faut ôter la plaque de couche en appuyant sur le bouton central et en le faisant pivoter. On peut ensuite faire basculer la plaque de couche par le haut. Un clé Allen à 6 pans est solidaires du sabot amortisseur et sert à dévisser le long cylindre en alliage qui maintient les cartouches dans le logement de la crosse et perfore la seconde sparklette. Le tout se dévisse facilement. On insère les deux capsules dans le bon sens, dos à dos et on referme en vissant. Une fois les cartouches percutées, ne reste plus qu’à refixer la plaque de couche de la carabine. Rendez-vous dans le dernier paragraphe pour connaitre l’autonomie de la carabine!

Sur le terrain

La carabine est légère, courte et maniable. Les organes de visée ouverte sont des modèles du genre avec cette hausse rabattable! Premiers tests pour les mesures de vitesse.

Les vitesses
Le chronographe à barrières infrarouge est positionné, je tire mes premiers diabolos. J’ai effectué des tests avec plusieurs diabolos de formes et poids différents. Les vitesses différent peu. A pleine charge les deux sparklettes propulsent un diabolo Décathlon Heavy de 0,53 g à 147 m/s

La puissance
La puissance d’après ces mesures s’établit donc à 5,7 joules. Le fabricant annonce une puissance de 7,5 joules. C’est possible avec des diabolos plus légers.


La précision
C’est avec les diabolosDécathlon Heavy de 0,53 g que j’ai obtenu les meilleurs groupements à 10 mètres en plaçant la carabine sur un chevalet de tir. Les trèfles sont courants posés sur support malgré le fait de tirer en visée ouverte!

L’arme est bien sûr plus agréable en tir libre et plinking. En l’absence de montage pour fixer une lunette je me suis contenter de tirer avec les organes de visée ouverte. Jusqu’à15 mètres il est facilement possible de dégommer une cannette de soda. Je pense qu’une fois équipée d’une optique de visée, point rouge ou surtout petite lunette de tir il est possible de toucher un paquet de cigarette àplus de 20 m à chaque tir.

Découvrez la vidéo du test

Un chargeur complet avec les diabolos Walther tiré à 10 m sur appui
Un chargeur complet avec les diabolos Flat Pellets de Browning tiré à 10 m sur appui
Quatre diabolos Browning
Quatre diabolos 500 Club de Decathlon Solognac toujours à 10 m
Quatre diabolos 500 Club de Decathlon Solognac toujours à 10 m
Trois diabolos 900 Club Heavy de Decathlon Solognac à 10 m
Quatre diabolos 900 Club Heavy de Decathlon Solognac à 10 m
Fiche Technique

Type:C02
Calibre:4,5 mm, .177
Crosse:synthétique, ambidextre
Canon:en acier bronzé, rayé de 47 cm de longueur.
Organes de visée:Hausse rabattable et guidon très fin
Plaque de couche:dure et fine
Vitessedu projectile :?? m/s
Poids:1,922 kg sans la cartouches de CO2
Puissance:donnée à 7,5 joules, mesurée à5,7 joules
Vente: libre aux personnes majeures
Longueur:94 cm
Rail de fixationoptique : sans, trous fraisés et filetés pour pose d’un montage
Prixconseillé :219 € environ, 22 € pour le chargeur seul
Distributeur:Umarex France

Points Forts

+ Mode semi-automatique

+ Fonctionnement au CO2 assez amusant et plus agréable que certaines armes à canon basculant

+ Chargeur rotatif agréable à garnir et manipuler

+ Insertion aisée des sparklettes

+Look général de l’arme et finitions

+ Visée ouverte très précise!

Points Faibles

- Poids des départs

Le verdict de NaturaBuy

Note:

Elle est très bien copiée et surtout Umarex a eu l’intelligence de reproduire aussi le système de fonctionnement semi-automatique via les deux cartouches de 12 g de CO2 contenues dans la crosse. La même carabine en canon basculant n’aurait pas eu la même saveur! Nous sommes donc en présence d’une belle réplique, qui fonctionne bien et tire droit! Le poids des départs en double action est vraiment lourd, c’est dommage… La précision de cette petite carabine est en revanche très bonne, surtout pour le plinking ou le tir en semi-automatique prend tout son sens. Prévoyez un autre chargeur d’avance, surtout si vous tirez entre copains, la cadence de tir n’en sera que meilleure et le plaisir décuplé.

En details

Valeur mécanique

Canonnerie, précision, piston/ réarmement

Valeur d'usage

Prise en main, équilibre, visée, sûreté, départs

Valeur esthétique

Design, qualité des matériaux, finitions

Rapport qualité/prix

Découvrez sur NaturaBuy :